Le saviez-vous ?
L’« Art Déco » est le nom dont a été affublé a posteriori ce mouvement – durant les années 1960, en référence à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes (Paris, 1925). « Art déco » est l’abréviation de « Arts décoratifs ». Entre autres appellations, l’Art Deco a également été nommé « Art moderne » or « moderniste » ; en anglais et plus tard, Jazz Pattern ou Skyscraper Modern, en référence aux gratte-ciels de cette époque.


UN PEU D’HISTOIRE

L’Art déco naît en réaction aux volutes et formes organiques de l’Art Nouveau au cours des années 1910. Ce mouvement voit d’abord le jour en France. Dès les années 1915, l’Art Déco se développe rapidement sur les cinq continents. Synthèse entre esthétisme et fonctionnalité, il s’impose aussi bien dans l’architecture et les intérieurs des villas et hôtels particuliers, que dans la conception de logements sociaux.

Toutefois, l’Art Déco revêt plusieurs identités qui diffèrent suivant les influences de la région et/ou du pays dans lequel il se développe. Ce style connaît son plein essor dans les années 20 pour décliner à partir des années 30. 

Ordre, géométrie et symétrie, voici l’essentiel du vocabulaire de l’Art déco.

L’Art Déco se développe dans un contexte mondial particulier : l’entre-deux-guerres. Aussi appelée “Années Folles”, cette période historique se caractérise par un besoin d’oublier le traumatisme de la Première Guerre mondiale. Cette époque est marquée par le renouvellement des mœurs comme en témoigne la démocratisation des loisirs, les avancées technologiques et hygiénistes, l’émancipation de la femme, etc. Les voyages et le tourisme prennent une place importante dans ce nouveau mode de vie, en témoigne l’essor des paquebots transatlantiques et des grands hôtels.

Mouvement artistique international qui s’est épanoui au cours des années 1920-1930, l’Art déco est celui de l’ordre et de la géométrie.  

ET LE BIJOU DANS TOUT ÇA ?

LES INFLUENCES

En 1906, le couturier Paul Poiret libère le corps de la femme du corset et lui rend sa souplesse. Les femmes s’habillent alors de robes légères, aux coupes plus droites, sans taille marquée. Certains bijoux disparaissent pour laisser place à de nouveaux usages. Par exemple, la broche ancienne. Celle qui ornait auparavant les corsages se porte désormais à l’épaule !

Vogue 1930

Les formes géométriques issues du mouvement cubiste inspirent de nouvelles tailles de pierres : en baguette, trapézoïdale… Parallèlement à la rigueur du cubisme, les créateurs s’inspirent largement de l’Extrême-Orient. Et plus particulièrement de la Chine, à qui ils empruntent des matières comme le jade.

La veine naturaliste persiste avec la présence de fleurs plus ou moins stylisés. Le joaillier donne ainsi libre cours à son goût pour les mélanges de couleurs. Ce goût est renforcé par la découverte de la tombe de Toutânkhamon, qui donne aux joailliers l’idée de nouvelles associations de pierres : lapis lazuli, cornaline, turquoise… Mais aussi par le succès des Ballets Russes et surtout des costumes de scène imaginés par Leon Bakst.

Les joailliers de cette époque s’amusent aussi à créer des contrastes : Le mat et le brillant, le transparent et l’opaque… par exemple en utilisant l’onyx et le cristal de roche.

Les principaux créateurs qui illustrent cette période sont Jean Fouquet, Boucheron et Cartier, Sandoz, Jean Desprès, Dunand, Chaumet, Van Cleef et Arpels, Mauboussin…

LA BAGUE ART DÉCO

La bague Art Déco reprend les lignes pures et la symétrie facilement identifiables de l’architecture Art Déco, comme ses motifs à gradins.

Une nouvelle association apparaît, celle du platine avec les diamants. Ce métal, roi de cette époque, permet une grande finesse de sertis et de dessins, contrairement à l’or blanc beaucoup plus malléable. L’or jaune fut quant à lui très peu utilisé.

Les trois « grandes précieuses » que sont le rubis, le saphir et l’émeraude, sont également très appréciées. Leur intensité et leur profondeur permettent encore une fois de jouer sur les contrastes.

L’utilisation des diamants et du platine ou encore de l’or blanc font des bagues Art Déco des bagues de fiançailles encore très recherchées aujourd’hui. Leurs lignes simples, leur légèreté et leur sobriété les rendent intemporelles.